Ariane

Mab

Me voici donc de retour après un assez long silence qui, je n'en doute pas, a fait trembler d'angoisse impatiente les hordes de fans qui assiègent chaque jour mon domicile et que je me vois contraint de disperser au jet d'eau pressurisé. Ma fugace mais pénétrante apparition pourra, j'espère, calmer les ardeurs printanières et les exigences artistiques de ces groupies et me permettre de ne plus assoiffer la moitié de l'Afrique.

On tape, aujourd'hui encore, sur une histoire d'un registre léger et distrayant, et même, disons-le tout net, primesautier. Pour les éventuels adeptes de la bonne humeur, de la gentillesse et des cookies en cœur, allez donc jeter un œil chez LittleEndian. On y mange bien et les canapés ont l'air confortables. Mais ici, on est accueilli par du Children of Bodom dans les tympans, des poignées de sable dans les yeux et du bon caillou calcaire dans la gueule histoire d'entretenir l'émail des dents. Qu'on se le dise, afin que nul désormais ne me les vienne briser en réclamant des sourires, du sucre et des bisounours sur ce webco à la con où je fais de toute façon ce que je veux et pis zut, à la fin, puisque c'est comme ça je tape du poing sur la table et je retourne lire Randeum.

Qui, et c'est pas pour cafter, n'en fout plus une ces derniers temps.

Oh, et au cas fort probable où vous ne parviendriez pas à décrypter mes pattes d'aragne, ou encore si vous avez pété trois écrans à la suite en tentant de les tourner dans tous les sens pour suivre le fil du calligramme, je la joue bon prince et vous transcris ici le texte qui s'étend entre les fil(e)s ininterrompus d'“Ariane”.

"Mab promène ses pattes au fil de mes neurones, mordant de ci, de là, mes pensées éparses. Elle tranche à coups de dents mes idées qui s'amenuisent, et pâlissent, et s'effacent. Elle embroche mes nerfs de ses pattes pointues, bave son fil blanc à travers mon cerveau. Ma réflexion alors ne suit plus que sa trace, et tourne à perpétuité dans une spirale cassée, aux angles noueux de laquelle je ne peux plus que trébucher. Et tourne, tourne dans ma tête la certitude folle que je fus, un jour, sain. Pendant ce temps, le reflet noir d'Ariane labyrinthe mon être en architecte insensé ; je me perds, balbutiant, au centre inexplicable d'un raisonnement que je hais, et que je ne peux rejeter."

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

2 commentaires

LittleEndian a dit :

ça alors ! On me fait de la pub et je ne suis même pas au courant ! XD Merci beaucoup ^___^, je te réserve la meilleure place dans le prochain canapé que je dessinerai :D

17 juil. 2013

Un visiteur (MiguelPa) a dit :

Many thanks, I enjoy this. This is very interesting, You are a very skilled blogger. I've joined your rss feed and look forward to seeking more of your magnificent post Here is my web-site; http://www.onlinecigarettestoreus.com/

12 janv. 2015

Poster un commentaire :